22 octobre 2012

Connaissez-vous Marie (pas) Claire ?


Plus sournois que le virus de la grippe en cette fin d'automne, le C.H.O. Acronyme tiré de Charles Henri Orliac, bloggeur escroc se faisant inviter avec femme et enfant dans les tables et hôtels de France, buvant les meilleurs bouteilles de la carte des vins et exigeant des chefs qu'ils cuisinent des légumes pour son chien...
Identifié il y quelques semaines par Foodintelligence, le voici dans une forme déjà mutante. L'on sait désormais qu'il peut se transmettre du blogger à la presse. La preuve avec cette correspondance entre Mr Lubot et Pierre Jancou du restaurant Vivant Table.


De : "Carine DARMON" 
Date : 19 oct. 2012 15:13
Objet : TR: Parution dans les pages "PARIS" du magazine Marie Claire du mois de janvier 2013 de votre établissement "Chez Vivant"
Cc : "Jean-Paul LUBOT" 

Bonjour,
Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre établissement a été sélectionné par le magazine Marie Claire pour figurer dans la rubrique « le Paris de Jean-Paul Lubot », Directeur Général délégué du Groupe Marie Claire et éditeur de Marie Claire. Ce sujet paraitra dans le numéro du mois de janvier 2013 dans les pages « Paris ».

Afin de mettre en valeur au mieux votre établissement, nos équipes vous enverrons un photographe. Celui-ci prendra contact avec vous dans les prochains jours afin de convenir d’un rendez-vous pour des prises de vues.

Jean-Paul Lubot connaît votre établissement mais souhaiterait venir à nouveau dans votre restaurant pour tester et échanger sur votre carte.

Pensez-vous qu’il soit possible de l’inviter pour un diner à votre convenance ? Il sera accompagné.

En vous remerciant,


De : "Pierre Jancou" 
Date : 19 oct. 2012 18:23
Objet : Re: TR: Parution dans les pages "PARIS" du magazine Marie Claire du mois de janvier 2013 de votre établissement "Chez Vivant"

Je n'ai jamais invité un journaliste en 24 ans de carrière dans la restauration.
Votre demarche me semble louche et frauduleuse.
Cordialement,
Pierre jancou
Vivant


De : "Jean-Paul LUBOT" 
Date : 20 oct. 2012 21:18
Objet : Re: TR: Parution dans les pages "PARIS" du magazine Marie Claire du mois de janvier 2013 de votre établissement "Chez Vivant"
À : "vivant resa"

Bonsoir,
C'est une démarche extrêmement classique pour tester les cartes des restaurants, echanger avec vous et écrire les articles.
Marie Claire est le premier magazine féminin haut de gamme français (485 000ex / mois) et est reconnu pour son professionnalisme depuis plus de 50 ans. L'édition parisienne, dans laquelle vous étiez censé apparaitre, est diffusée a près de 100 000ex et touche près de 500 000 personnes habitant Paris et la région parisienne.
Vous avez le droit de refuser notre requête sans pour autant être insultant.
Nous en prenons bonne note, le regrettons et vous retirons de notre selection.
Cordialement.
Jean-Paul LUBOT
Directeur General delegue
Groupe Marie Claire


De : "Pierre Jancou" 
Date : 21 oct. 2012 12:06
Objet : Re: Leur réponse est délicieuse

Si Vous Avez l'habitude de Vous faire inviter au restaurant Vous n'êtes pour moi absolument pas un journaliste gastro.
Continuez a Vous occuper de mode ce sera mieux pour tout le monde.
Pierre Jancou


De : "Jean-Paul LUBOT" 
Date : 21 oct. 2012 14:34
Objet : Re: Restaurant vivant
À : "vivant resa" 

Je vois que vous n'avez absolument rien compris et que vous êtes définitivement désagréable.

Je n'ai jamais dit que j'étais journaliste gastro. Je suis l'éditeur de MClaire et DG du groupe (90 mags dans 35 pays). Tous les mois, nous faisons un "Paris by un membre de MC. Et c'est dans ce cadre qu'est intervenue notre démarche. Vous avez le droit de refuser sans être odieux.

Vous êtes le seul a réagir de la sorte... Et de manière aussi agressive. Les autres ont bien compris que c'était une opportunité de mise en avant de leur etablissement dans un grand magazine. Et ils souhaitent naturellement organiser un moment de convivialité pour échanger...Vous n'avez rien compris et fait que confirmer votre pingrerie bien connue du milieu.Cet échange est désormais clos. Vous me faites perdre mon temps.
Cordialement
.Jean-Paul LUBOT Directeur Général délégué Groupe Marie Claire






57 commentaires:

Gerard Vives a dit…

le PDG d un enorme groupe de presse a vraisemblablement un énorme salaire et largement les moyens de se paye r son addition au restaurant...quelle honte...bravo Pierre

jack et walter a dit…

Nous qui avons un petit blog personnel, nous payons nos additions, que cela soit à l'Astrance ou dans une de nos cantines ! mieux, nous les photographions, ce qui plait beaucoup à nos lecteurs, mais ils ne sont que 10000...Madame Marie-Claire pourrait peut-être s'en inspirer ?
Nous sommes à sa disposition pour en parler si elle nous invite à diner...
Jack et Walter

pierre a dit…

Merci gerard!

Fabienne a dit…

En même temps, un journaliste qui écrit sur un resto qu'il n'a pas testé, ça me semble louche aussi !
Alors effectivement il pourrait payer son repas mais ça fait partie de son job à mon sens.
(et je ne suis pas journaliste :P)

Julie a dit…

Ha j'adore! Tu peux pas savoir ce que ça me fait plaisir de voir affichée – Enfin!!!! – la mesquinerie des "têtes pensantes" de ce groupe de presse. Minables, irresponsables, petits et frileux, j'ai bien peur, Jack et Walter que vous perdiez votre temps à essayer de discuter avec l'un d'eux.
Et pour le coup, je partage avec un plaisir non feint!

Tanxxx a dit…

haha ! exactement, mot pour mot, les mêmes "arguments" avancés dans le milieu du dessin / illustration pour soutirer du travail gratos. Incroyable.

zinzinsduzinc a dit…

La maladie de la presse, qui ne sait plus mettre les moyens pour faire son travail. Pour moi le radin c'est l'homme du média dans cette affaire. En plus le fait qu'il retire l'adresse de la sélection parce que Jancou refuse montre que d'une certaine manière il faut payer pour passer dans ce "canard"...
Pour ma part, comme Jack et Walter, j'ai payé mon addition chez Vivant, ainsi que ma rédactrice en chef et son ami qui était là aussi.

Reggio a dit…

Du racket, du pur racket...une honte !

Fabrice a dit…

la presse est bien malade... Et les journalistes ont maintenant la culture du gratuit, seul maigre avantage qu'il reste à leur profession qui s'est paupérisée...

L. a dit…

Jean-Paul Lubot n'est pas un journaliste, alors avant de faire des amalgames et de leur taper dessus, lisez en entier et réfléchissez...

Anonyme a dit…

C'est fou ça, l'article a beau vous expliquer noir sur blanc qu'il s'agit d'un imposteur et vous tombez dans le panneau...

Anonyme a dit…

Cela aurait été un journaliste Gastro dont l'activité professionnelle est d'être payée pour gouter "de manière objective." J'aurais compris cette vive réaction.

Pour moi,la situation est là bien différente. Le Monsieur a certainement un "gros" salaire mais ce n'est pas non plus le charlot Orliac qui a pour habitude de se faire inviter puisqu'il s'agit ici de le faire comme il est écrit qu'1 fois / Personne / Mois.


Peut être que le restaurateur énervé aurait pu faire un calcul (mais peut être l'a t il fait) :

*Cout d'une critique POSITIVE d'un Client (DG est déjà enthousiaste), pas journaliste gastro sur son établissement dans un magazine à grand tirage
+
*Coût de la réponse en terme de bouche à oreille direct. Il est évident que le Gros salaire ne va pas faire de publicité pour l'établissement à ses amis à Gros salaires
+
*Coût éventuel blacklistage du restaurateur pour toute future communication dans MC, Cuisine et Vins, Revue du Vin.

L'ami restaurateur prévoyant une diminution de la fréquentation/CA en 2013 cause TVA qui aura donc besoin d'encore plus de visibilité aurait pu dire ok Monsieur Gros Salaire mais "la crise, tout ca vous comprenez..., je ne peux pas me permettre de vous inviter pour une valeur supérieure à ___ €."
Voire décliner carrément la proposition du Gros salaire avec la même excuse ...

Là, je pense que l'ami restaurateur a montré à ses potes et à la sphère des foodies qu'il a du caractère. En terme de business, je ne suis pas persuadé que ce soit une réussite.

YGQ a dit…

Voilà quelqu'un qui doit donner du caractère à sa cuisine ! On ira !

Vincent a dit…

J'aime bien l'esprit du message d'Anonyme qui aurait préféré qu'un calcul de rentabilité soit fait avant de décliner.
J'iamgine même que ce serait encore plus rentable de graisser la patte du DG, voire de garnir son lit, et quelle belle publicité ça ferait !

Triste....

Carl a dit…

..."En terme de business, je ne suis pas persuadé que ce soit une réussite".
En effet, en terme de business, ce n'est pas une réussite!
Mais que dire de l'honnêteté, de l'objectivité d'un avis sur un restaurant, de la fiabilité d'un magazine...
Dans certaines circonstances, ce genre d'arrangement...(Ici, proposé par un prestataire de service) mais refusé par le restaurateur), cela s'appelle de l'entente illicite...
L'entente illicite sur le dos du client peut être considérée comme un délit.

Jean a dit…

Haaaa en voila un chef averti, visionnaire! Pour une pleine page de pub dans Le Monde, gratuite, ça vaut le coup d'envoyer chier Marie-Claire, et de récupérer bien plus de clients, enthousiastes qui plus est ! !!

Anonyme a dit…

Je n'aurais jamais entendu parler de ce restaurant s'il était passé dans MC que je ne lis pas, du coup je vais aller le découvrir !

Comme quoi une "mise en avant de l'établissement" peut se faire autrement... par exemple en communiquant sur un refus de se faire racketter...

Anonyme a dit…

Je lis ici plusieurs commentaires affirmant qu'il serait "plus" normal que monsieur Lubot ne paye pas son repas sachant qu'il n'est pas journaliste, mais éditeur et DG du groupe Marie Claire.
Quel argument ! C'est limite encore plus odieux ! Si vous estimez qu'un restaurant mérite un beau papier, au moins payez la note du repas ! Et bravo pour le chantage ! Je trouve le refus de Monsieur Jancou très courageux, peut-être mal calculé, mais éthique et digne, surtout par les temps qui courent...
Au pire, si vous ne voulez pas dépenser, Monsieur Lubot, faites donc passer cette addition en note de frais. Dans le cadre pro de la fabrication d'un (grand) magazine, il ne paraît pas insensé que vous ne sortiez l'argent de votre poche. Mais, par respect, stoppez donc ce chantage.

Anonyme a dit…

il faut pas confondre non plus le DG d'un groupe de presse avec un journaliste.
ça n'est pas comme s'il avait demandé au restaurateur d'inviter la personne qui aurait (éventuellement) écrit un article sur lui (bien que c'eût été également discutable... :)

Swap a dit…

Si on relit la première réponse du restaurateur, on voit bien qu'il n'a pas besoin de pub. Et en terme de publicité, je crois que c'est tout l'effet contraire qui se produira.

Bravo à lui, et merci de dénoncer ce genre de "petit" pingre, qui se verse un salaire mirobolant, juste parce que Monsieur, a eu les sous pour faire de "grandes études".

Apparemment, les "grandes études" n'apprennent pas les bonnes manières, et rendent bien pitoyables. Je suis bien content de m'en être arrêté au BTS..

Ah mais j'ai compris, c'est surement la taxe prévue pour les "pigeons" comme lui, qui l'empêche de payer son repas.. Je vous plains, monsieur Lubot, de ne pas avoir la chance de manger à votre faim, quand des bienheureux smicards se saignent aux quatres veines pour se payer un tel repas.

Anonyme a dit…

si on se place du point de vu du restaurateur je suis assez d accord avec "Anonyme"...ca fait une belle pub pour le restau me semble-t-il d avoir un article elogieux dans MC. En meme temps, notre cher restaurateur aura finalement eu sa pub gratuite...

Si on se place du point de vu du DG de MC, il aurait pu faire passer ce repas en note de frais, ca lui aurait évité un scandale, il aurait mangé gratuitement et on ne ferait pas tout un foin de ' malheureux mails.

Anonyme a dit…

Bravo,
Moi aussi JANCOUle le système

Anonyme a dit…

Si PJ avait de sa propre initiative contacté JPL pour l'inviter à dîner dans son restaurant, espérant en retirer articles et publicités gratuites dans MC, cela n'aurait choqué personne, et d'aucuns auraient estimé qu'il s'agissait d'intelligence commerciale...

Ici c'est JPL qui est l'initiateur, et qui donc sollicite l'invitation en l'échanges de bons procédés.

OK, formaliser de la sorte, voire forcer la main, est particulièrement criticable. C'est sans doute petit, malhabile et vulgaire, surtout venant d'un DG, mais ces pratiques sont je pense tout à fait courantes, et donc en cela pas forcément choquantes. Oui je vois bien les réponses du type : "ce n'est pas parce que tout le monde le fait que c'est bien". OK, mais il suffisait d'éconduire ce gentil DG de MC de façon ferme et polie.

Le refus de PJ, tel qu'il est rédigé affiche pour moi une prétention excessive et superflue. En supprimant "Votre demarche me semble louche et frauduleuse" qui n'apporte rien, ce débat n'aurait pas eu lieu.

En ça j'ai trouvé PJ également petit, au niveau dudit DG décrié.

Toute la suite n'est qu'un échange d'amabilités dont il n'y a rien à tirer.

Anonyme a dit…

J'ai bossé quelques années dans le monde de l'électroménager et j'y ai connu les mêmes pratiques, et d'ailleurs également avec ce journal (mais pas avec le DG) : demande de produits avec des réductions, demande de SAV gratuit etc.

Et toujours ce chantage à la mauvaise pub, disant que si on ne joue pas le jeu ils peuvent toujours nous "descendre"...

Lamentable. Et chapeau au restaurateur. A lire également : http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/07/11/Voyages-tous-frais-pay%C3%A9s

Anonyme a dit…

Bravo Jancou

Dehors les profiteurs ("On viendra accompagné")

Lubot La honte !!!

Anonyme a dit…

Mais on va me dire qu'un directeur général d'un magazine féminin leader de son secteur n'a pas la possibilité de faire des notes de frais ?

Pathétique...

Anonyme a dit…

Merci et Bravo Monsieur Jancou .
Innovons nos vies !!!!

fx.samson a dit…


Merci et Bravo Monsieur Jancou !!!

Innovons nos vies !

Alex.G a dit…

C'est quand même dingue de dire: "Salut, on vous a choisi, vous avez donc de la chance car on est un gros magasine féminin, donc vous devez nous inviter à manger".

C'est d'un mépris... Et tellement hautain!

No pasaran! Bravo Pierre! Belle claque dans la face du DG!

Anonyme a dit…

Voila qui me donne envie d'aller manger chez Pierre Jancou ... en payant mon addition même si j'ai pas les moyens du directeur des Maries pas Claires.

Valentin

Anonyme a dit…

Plusieurs personnes ont soulignées que ce sont des pratiques courantes ... et donc, d'une certaine facon, que c'est justifiable. Pardon ?!?

J'ai moi meme lance, il ya qq mois une boutique de patisserie haut de gamme a l'etranger, avec des mes propres moyens. Je recois un nombre incalculable de demandes de "journalistes" ou soit disant "Critiques gastronomique" qui veulent manger a l'oeil. J'en ai ma claque. C'est presque un budget marketing (sans compter les associations qui forcent la main). Bref, si vous etes petit et que vous commencez, c'est impossible de lutter.

Pierre Jancou y est allé un peu fort dans ses emails, mais c'est vraiment agaçant ... surtout que c'est maintenant une pratique courante et que Mr le DG trouvent cela tout a fait normal. Aucune gene.

Les seules personnes pour qui je porte du credit sont:
- Les vrais journalistes qui viennent incognito et qui une fois apres avoir régler la note informe qu'ils sont venus, demande a parler au chef pour avoir des explications et demande la permission de prendre qq photos.
- Les foodies pour qui la gastronomie est une passion. Il ont un petit budget par mois, essaient de nouvelles adresses chaque semaine, et donnent leur avis dans des blogs. Je les adorent. Ils ont les yeux qui brillent quand ils essaient qq chose de nouveaux. (J'ai des doutes que Mr le DG ait encore les yeux qui brillent)

Carl a dit…

Pour conclure cette fâcheuse histoire sur une note positive pour tout le monde, je propose que M. JONCOU invite quand même M. Jean-Paul LUBOT à son restaurant. En contre partie, parce ce dernier ne veut apparemment pas payer sa note, il fera la vaisselle et donnera un coup de serpillière dans la cuisine, en échange, avant de partir.

Loubert Hugo a dit…

Je jubile !!!!
Bravo Pierre et merci.
Trop de Presse-ion sur les restaurateurs.
Racket de journaliste, copinages de blogueurs, servilité flemmarde des guides, internautes auto-érigé critiques gastro sur les sites communautaires.
Ces personnes, honnêtes ou non, sensibles ou non, n'émettent en général que des avis subjectifs, que leurs lecteurs doivent être libre de prendre pour argent comptant ou NON. Car c'est bien là le sujet il me semble, le courage de dire NON et de ne pas marquer le pas.
Et merci Bruno pour le relais d'info.

GERBEAU a dit…

Et bien quoi Monsieur Jancou le restaurateur,
on refuse de faire allégeance à la puissante médiacratie?
Vous PENSEZ? pouvoir vous opposer à la liberté de la presse d'en croquer gratis!
Pire vous osez le diffuser!
Honte à vous Monsieur, Il pourra vous en cuire!!

Anonyme a dit…

Au Royaume Uni ou - Thanks God and my wisdom - je reside depuis 6 ans, le DG en question serait deja parti ... de lui meme ou simplement pousse !
Mais "Honni soit qui mal y pense" !
Biboula from London, UK

Anonyme a dit…

même si la demande de M Lubot était sans doute une erreur, l'attitude et la réaction de M Jancou sont tout à fait inacceptables : il a fait preuve d'une agressivité injustifiée (un refus peut se faire poliment) et le fait de rendre public un échange de cette sorte est un geste extrêmement choquant et lourd de conséquences. M Jancou je ne vous félicite pas.

Anonyme a dit…

A ceux qui disent que le restaurateur n'a compris où était son intérêt: déjà il a montré qu'il a une éthique (ce qui n'est pas le cas de tout le monde visiblement), et ensuite vu comment cette affaire est en train de monter, je pense que ça lui fera une bien meilleure pub ...

Anonyme a dit…

JPL n'est pas journaliste, du moins pas rédacteur. C'est aussi là que le bât blesse. Il aurait sans doute dîné, invite donc... Et ce serait un rédacteur qui aurait dû écrire dessus après avec ses consignes, sans avoir lui testé une bouchée...
La grande classe.

Anonyme a dit…

Jean-Paul LUBOT = la honte !!!

Anonyme a dit…

Quel plouc ce Lubot, en toute logique il aurait dû être démissionné de son poste dont il semble se gargarisé (attitude typique du plouc), et ce d'autant plus qu'il est vraiment loin d'être un cador dans ce qui serait son "domaine de compétence".
H

Anonyme a dit…

C'est tout de même très étonnant de la part des 2 protagonistes.

Je peux comprendre l'indignation du restaurateur, mais pas sa réponse. Franchement j'espère qu'il est plus aimable avec ses clients. Je pense qu'une réponse plus calme (voir ironique) aurait été plus judicieuse en terme de communication (on parle bien de communication ici hein, j'imagine bien que c'est lui qui a contacté la presse pour parler de cet échange...).

Pour M. Lubot, je pense que 95% des commentaires ont bien résumé la situation. Je ne comprends pas l'intérêt de se faire inviter -Comme tout patron il aurait pu faire passer ça en frais pros... Et je pense aussi que c'est faire mauvaise pub aux véritables critiques qui, eux, viennent "incognito" (mais si c'est compliqué pour certains d'entre eux de ne pas se faire reconnaitre") et surtout paient leur repas.

Dubitatif... je ne vois pas où est l'intérêt pour l'un comme pour l'autre !

aïcha a dit…

Au final , l'article est dans pas mal de journaux en ligne et sur la une de yahoo ! bravo , moi ça me donne envie d'aller dans ce resto

puertoreal a dit…

Gerant d'un gîte au Venezuela entre 2007 et 2010, j'ai connu la même mésaventure avec un certain LB du Petit Futé (guide sérieux pour d'autres destinations).
Au moment ou je lui ai tendu une addition "allégée" d'une petite remise commerciale, il nous a fait comprendre que si nous voulions figurer dans le prochain guide, ca serait mieux qu'il ne paye pas...

Il a payé et notre gîte n'est jamais apparu dans ce guide...

Anonyme a dit…

Il faut donc croire que "Le Paris de Mr Lubot" se compose d'adresses où il a été invité. Chacun ses critères: moi, mes adresses ce sont celles que j'aime, pas celles où je me fais rincer à l'oeil...
Quelle honte, celà dit, si tous les restos agissaient comme Vivant, ces pratiques n'existeraient pas.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

C'est une habitude courante, le guide du routard est réputé pour ces pratiques. Par exemple, un ami qui a une auberge en Toscane a refusé la gratuité à un envoyé de ce guide. Résultat : il a disparu du guide.

Jackspot a dit…

Bonjour à tous,

J'ignore tout des pratiques des critiques astronomiques mais il me semblerait naturel que ces derniers payent leur addition ... comme tout bon client qui se respecte.

En ce qui concerne cette échange de mails, je dois avouer que la demande de la journaliste de MC est bien orientée mais reste cependant polie et courtoise.

Il faudra attendre le dernier paragraphe du dernier mail pour que M. Lubot montre son vrai visage, décidément les plus pingres ne sont pas forcement ceux que l'on croit !

En vous souhaitant un bon appétit bien sur !

Anonyme a dit…

Et comment fait-on quand on est journaliste et qu'on travaille pour des groupes de presse comme Prisma qui ne défrayent pas, mais qui vous demandent d'aller écrire sur des restaurants? Et comment fait-on quand on travaille pour un magazine comme Marianne, qui est pingre comme pas deux (mais donneur de leçon pour dix), et qui vous envoie en reportage tourisme sans vouloir débourser un centime?
Le culte du gratuit des journalistes? Les rédactions ne nous donnent plus les moyens pour faire notre travail correctement! Quant au Groupe Marie Claire: quand on voit tout ce qui arrive comme "cadeaux presse" tous les jours dans leurs rédactions, on a le tournis. ça me fait doucement rigoler, leur communiqué de presse où ils clament haut et fort les valeurs et pratiques vertueuses de leur groupe!!

Carl a dit…

On ne va pas faire le procès des critiques gastronomiques ou des critiques du vin, mais lorsqu’on voit le niveau quelconque de certains papiers ou avis, on se demande si on ne ferait pas mieux de se faire soi même son opinion…
Ce n’est pas dur, lisez bien le menu, regardez le décor à travers la vitrine, passez au crible la carte des vins, appréciez le rapport prix par rapport aux produits proposés.
Si le verdict est défavorable, un petit tour chez votre boucher préféré, demandez lui votre hampe de circonstance, bien rassise, faites la griller (Un aller-retour). Accompagnez la par une poêlé de carottes, courgettes, épinard et céleri branches, vous m’arrosez ça avec un bon vin « nature », pas trop sulfité, n’ayant jamais été vinifié dans une barrique de chênes…mais dans une cuve en béton, en inox ou en jarre en terre…
Bon appétit !

Anonyme a dit…

Quelle est la différence entre offrir l'entrée au musée au journalistes et leur offrir un repas, si c'est pour leur donner la possibilité de rendre compte d'une expérience? Dans un cas comme dans l'autre, on ne lui dicte pas quoi écrire après! Quand on va au restaurant dans le cadre d'un article et qu'on n'en profite pas pour commander ce qu'il y a de plus cher, mais juste pour se faire une raison objective de sa qualité, où est le problème? Il existe des avant-premières pour les journalistes cinéma, personne ne s'offusque qu'elles soient gratuites. ça n'empêche pas de faire un travail honnête!

Carl a dit…

nonyme a dit…
"Quelle est la différence entre offrir l'entrée au musée au journalistes et leur offrir un repas"
La différence est de l'ordre de 225 Euros environ, boissons et café compris...(cela dépend du nombre des invités, aussi )

Vous êtes sûr d'avoir bien suivi l'affaire depuis le début ?

Le repas n'a pas été offert...Il a été sollicité...Voire "très sollicité..."

Anonyme a dit…

Bien sûr, l'histoire de Marie Claire ne concerne pas un journaliste, mais beaucoup de gens ici ont fait l'amalgame et ont commencé à tirer sur la profession. Quand je fais une interview d'un chef, goûter à ce qu'il cuisine fait partie de mon travail, mais mon journal n'accepte pas de rembourser les notes de frais. Donc je suis obligé de me faire inviter, tout comme le journaliste ciné, qui assiste à l'avant-première d'un film.
Je fais attention à ce que je commande, en règle générale, ça ne va pas chercher au-delà de 50€.
Tout le monde ne travaille pas pour l'Express ou le Figaro, qui, si j'ai bien compris, règlent sans sourciller les notes de frais de leurs collaborateurs!

Jean-Pierre Janbot a dit…

Certes, le premier message est indélicat et péremptoire.
Mais les réponses de Jancou sont spécialement agressives : un vrai troll!

Anonyme a dit…

Corruption et racket :-(

Anonyme a dit…

J'aime bien "vous n'avez absolument rien compris". Ben, pas sûr !
Et je t'en rajoute : "magazine haut de gamme" (sic, je suis impressionné... à quand le Nobel ?), x exemplaires, 50 ans d'existence, etc. On voit que c'est du lourd (du lourdaud ?)
Mais quel c...!
Môssieur est vexé, il nous fait son caprice.

Anonyme a dit…

Corruption ? Faut pas exagérer. Les médecins reçoivent des échantillons, de même que les distributeurs. Je ne comprends pas la réponse du restaurateur et son agressivité. Ca donne pas envie d'aller bouffer chez lui. La presse rend service aussi en mettant en avant des nouvelles tables. Arrêtons de taper sur les journalistes. Ils ont plein de défauts mais heureusement qu'on les a.

recette regime a dit…

oui c'est la corruption