29 décembre 2008

Connaissez-vous une recette pour le 31 décembre 2008 ?

photo et plat BV
Pour le 31 décembre ... une recette simple et efficace pour un tête à tête amoureux :
purée de panais et bâtonnets de truffe

Cuire 4 panais avec leur peau dans une eau bouillante et salée. Lorsque la pointe du couteau transperce, ils sont cuits !

Les rafraîchir rapidement, puis ôter délicatement leurs peaux. Les mixer, encore tiède, à l'aide d'un mixer-plongeur avec 40 g de beurre demi-sel (Bon Beurre, par exemple) et 20 g de lait. Tenir au chaud.

Détailler un morceau de tuber melanosporum en bâtonnets.

Servir comme une image en noir et blanc.
Le panais ainsi traité en purée, offre un goût sucré, un arôme discret d'orange zestée et une texture de purée de châtaigne. Belle Sainte Trilogie réunie en belle escorte à la truffe.

26 décembre 2008

Connaissez-vous Le Chat ?







"Dans la salle à manger brune, que parfumait
Une odeur de vernis et de fruits, à mon aise
Je ramassais un plat de je ne sais quel met
Belge et je m'épatais dans mon immense chaise."

Arthur Rimbaud
Première strophe de La Maline - Charleroi, octobre 1870

Le Chat baigne nos têtes de son atmosphère poétique
nous voilà hors du temps, le palais aiguisé, l'âme en verve...

Du lundi au samedi, le midi, le menu s'affiche sur fond d'ardoise ... 18 euros! Avec entrée, plat, fromage ou dessert et café.
La pertinente terrine de pieds de porc aux carottes et crottin de Chavignol, ou encore le rouleau de printhon, vinaigrette de légumes et citron confit sont bigrement bien adressés et nous offrent en prime un mot valise...
En plat, le hachis d'agneau, purée de légume et chorizo confirme le poème... épatant.

Le dessert de riz au lait, spéculos concassés convoque la Belgique de Rimbaud.

Laurent Cha(t)reau, nous régale dans ce petit recoin de France, un café-bar au creux de la Loire, logé tout contre une improbable place-parking(du Chat) d'un village lointain, étiré comme un texte en vers libres : Villechaud.

Réserver, le midi de mon déjeuner, le 19 décembre, les deux salles étaient bondées ....

LE CHAT
Place du Chat
VILLECHAUD
58200 COSNE COURS SUR LOIRE
Tél : +33 (0)3 86 28 49 03

17 décembre 2008

Connaissez-vous ma liste de cadeaux au père Noël ?

Je vous souhaite à tous un joyeux Noël,
et vous offre cette liste idéale...


Tout d'abord, des sublimes souliers (à garnir...) du Maître bottier, Pierre Corthay
Pierre Corthay
1 rue Volnay 75002 Paris
Tél +33 (0)1 42 61 08 89

Gamme prêt à porter ELECTROCHOC

© photo Hervé Nègre


Ensuite, une ou des belles truffes (tuber melanosporum)

du Luberon, ou du Périgord ....

DOMAINE D'ARGENS S.A.S
Tél. + 33 (0)4.98.10.12.22
Fax + 33 (0)4.94.68.97.67





Dans les environs de Tours et de Loches ...


Catherine de Tudert
La Boisssière 37320 TRUYES
Tél : + 33 (0)2 47 43 41 95







© photo Hervé Nègre


Surtout quelques gousses de vanille de Madagascar (les gousses fendues ont ma préférence), de Tahiti, du Mexique, des Comores, d'Inde, ...


49 bis Avenue Henri Vigneau
33700 Merignac - FRANCE
Tél + 33 (0) 557 530 810
Fax + 33 (0) 557 530 910




Enfin et sans faim, une boite de chocolats de Jacques Genin


Jacques Genin, fondeur en chocolats
133 rue de Turenne 75003 Paris
Tél + 33 (0)1 45 77 29 01





et pour l'âme, LE livre ... Cuisine Insolite de Raymond Oliver et Mose,
(re)édité avec génie par les Editions de l'Epure

15 décembre 2008

Connaissez-vous la fourme de Valcivières ?


La ferme des Hautes Chaumes (re)produit la fourme de Valcivières, disparue depuis les années 60.
J’ai découvert ce fromage il y a deux ans au hasard de pérégrinations prés de Brousse. Je viens de le retrouver avec bonheur il y a trois jours …
La fourme de Valcivières, ancêtre de la fourme d'Ambert se caractérise par une pâte ferme à la découpe et onctueuse en bouche. Les arômes sont purs et corsés, sans compromis aucun. Un fromage d’exception.


Ferme des Hautes Chaumes
63600 Valcivières
Tél : + 33 (0)4 73 82 13 36

09 décembre 2008

Connaissez-vous les prix Fooding ?

"LES PRIX FOODING SORTENT DU PLACARD"

Fooding® 2008 de la Nouvelle Vague Nippone
GUILO GUILO


ParisFooding® 2008 de la Meilleure Maison Hantée
HÔTEL FAURIE, Saint-Agrève

Fooding® 2008 du Meilleur Cuisinier
Christophe Pelé,
LA BIGARRADE, Paris

Fooding® 2008 du Meilleur Bistrot
LE CHAT, Cosne-Cours-sur-Loire


Fooding® 2008 du Meilleur Petit Luxe
AL TAGLIO, Paris

Fooding® 2008 de la Meilleure Station-Sandwich
GOÛTER L'AVEYRON, A75, aire du Viaduc de Millau


Fooding® 2008 du Meilleur Troquet
LA CANTINE DU TROQUET,


ParisFooding® 2008 de la Meilleure Ripaille
CHEZ NAVARRE, Toulouse

Fooding® 2008 d'Honneur
Rose et Jean-Charles Carrarini, ROSE BAKERY


ParisFooding® 2008 de la Meilleure Planque Verte
LE GRAND COUVERT / LA COLLINE DU COLOMBIER, Iguerande

Fooding® 2008 du Meilleur Bistrot Parisien
JADIS, Paris

07 décembre 2008

Connaissez-vous Chloé Mortaud ?


C'est toujours une Franc(h)e rigolade l'élection des Miss.
Quelque chose d'un peu anachronique, tenant du bibelot, de l'inutile kitch, à l'égal des chapeaux de Geneviève de Fontenay.
En prime et dans la série des beaux produits de la France, je voulais ce dimanche, célébrer cette belle et grande saucisse... de Mortaud.

02 décembre 2008

Connaissez-vous Jacques Genin ?

Jacques + Gen 1 .... C'est ouvert !!!!
et c'est sublime...

© photo Hervé Nègre





Jacques Genin - Pâtisserie,
Salon de thé

Ouvert de 11h00 à 21h00
133, rue de Turenne 75003 Paris

Connaissez-vous les truffes de la Boissière ?

© photo Hervé Nègre


Cette propriété, située sur un plateau calcaire, s’étend à proximité du village de Cromery, à mi-chemin entre Tours et Loches.
Cinq hectares dédiés à la trufficulture, 2 plantés en 1995, 2 autres en 1996 et le dernier en 1997.
Une bonne nouvelle pour les gourmands, la production de la "Mélanosporum" s’annonce de qualité cette année.
Alors, vite à nos papilles...

Catherine et Xavier de TUDERT
La Boissière
37320 TRUYES


Téléphone : +33 (0)2 47 43 41 95
mail : catherinedetudert@free.fr

Connaissez-vous DeDa ?




Je me souviens de 1001 recettes du cuisinier amoureux, ou Pierre Ichac (Pierre Richard), cuisinier français parcourant le monde, s’établit en Géorgie, pour une femme, la belle Cécilia (Nino Kirtadze), pour son métier, pour ses fourneaux, pour les produits et les vins.

Du Cinéma ? Oui et non. La Géorgie, ventre slave, convie modernité et tradition à table, avec une véritable philosophie du banquet baptisée Supra.
Alors supra, tamada, toné, keïpi, ketsis, kotanis, khatchapouri, khinkali, kvevri, mtsvadis, tremali… autant d'inconnus ?
Pour la réponse, voilà, DeDa : la terre, la mère nourricière, un restaurant frappé du bon vivre Géorgien.

La cuisine géorgienne ? Une cuisine vivante et saine, rustique, roborative, faite de produits et recettes bon enfant, mise en pots (ketsis et kotanis) ou en brochettes (mtsvadi) par Fatima Guiorgadze (une géorgienne, une vraie) et par Antoine Mery (un bourguignon adopté par maman DeDa). Les noix et l'estragon jouent les premier rôles sans occuper toute la scène. Bravo pour les macarons (aux noix) et Bravo à Pierre Hermé dont l'excellent livre, Macaron chez AVE, tient ses promesses en autorisant la confection, de ces "petits fours de la sympathie" selon Ingrid Astier, par tous les heureux et nombreux propriètaires de son macar'opus.

Allez, en prime, un petit lexique de cuisine géorgienne : khatchapouri, délicieux petit pain farci de fromage blanc frais. Khinkali, ravioli très rustique, ancêtre du hamburger ? Tremali, assortiments de sauces pour corser les goûts des plats : noix/safran, prune/coriandre et tomate/piment.

Moins cher qu’un billet aller-retour pour Tbilissi, Menu à 17 euros le midi, le soir comptez 60 euros tout de même.

DeDa
8-10 rue Coquillère 75001 Paris
Tel +33 (0)1 53 40 82 40

30 novembre 2008

Connaissez-vous Vanity Fair The Portraits ?

Découvert ce week-end, Vanity Fair The Portraits.
Ce livre présente les plus grandes icônes de notre siècle. Plus de 300 photos dans un livre-évenement à l'occasion des 25 ans de la renaissance du légendaire magazine américain. Pablo Picasso, Cary Grant, Katharine Hepburn, Miles Davis, Julia Roberts... et cette incroyable et sublime image d'Hilary Swank photographiée en 2004 par Norman Jean Roy.





Connaissez-vous le Fooding avec François Simon ?




Texte fooding


Françomas dans le ventre de Paris
Du lundi 1er au 5 décembre à 20 heures
Dans Le Figaro, il signe ses chroniques de son ombre. Sur Paris Première, on n’entend que sa voix, on ne voit que ses doigts. Sa légende le précède jusque dans les studios Pixar, où Anton Ego, le critique gastronomique faussement méchant de Ratatouille, porte comme lui des pantalons trop près du corps. Peu de gens savent qui il est. Même sa carte bancaire, « pseudonymée », ne le reconnaît pas. Et pourtant, François Simon sera là, en personne mais caché derrière le passe, cuisinant au beurre, en Parisien de souche bretonne qu’il est, pour vingt convives pendant cinq soirs.
À son menu :
Velouté potiron/gingembre. Poulet rôti au beurre salé et mâche. Macaron au beurre salé et sabayon. A boire... un Hermitage Le Pavillon 2004 de la Maison Chapoutier.
De quoi réencoder avec délice la mémoire gustative de notre tout jeune siècle.

Connaissez-vous Cacao et Vanille à Madagascar ?


Pour Noël, une Épopée gourmande, un livre en noir et or : Cacao et Vanille, l'or noir de Madagascar.


Vanille et chocolat… Deux mots continents signent le goût de l’enfance. Deux goûts fétiches, parfums réunis par la profondeur du noir. Suivez l’aventure de la vanille et du cacao sur une île d’exception, où l’on croise lémuriens, frangipaniers ou ipomea dans une nature en majesté : Madagascar. Ingrid Astier nous conte l’aventure malgache de François Pralus et de Laurence Cailler : quand un chocolatier-explorateur rencontre une ambassadrice de la vanille…
Vanille et chocolat sur le bout des doigts
Des recettes simples mais inspirées, à la portée de tous, pour convier vanille et chocolat à table : Tajine de poulet à la vanille, Foie gras au chocolat, Purée à la vanille, Macaron au chocolat… À travers la plantation de cacaoyers de François Pralus sur l’île de Nosy Be ou les vanilleraies du triangle de la vanille sur la côte nord-est, suivez pas-à-pas les cabosses aux allures de lampions et les gousses enténébrées. Découvrez un pays hors normes, où les visages, torches de lumière, donnent à la vanille et au cacao une saveur unique : celle d’une aventure humaine.


Cacao et Vanille, l'or noir de Madagascar aux Edition AVE. 28,41 euros

Connaissez-vous Anthime Bucquet ?




« Passionné de cuisine et amateur averti » Anthime Bucquet, souffle ses 13 bougies sur Le Gateau au chocolat, dix façon de le préparer, aux Editions de l’Epure.
Pépite fondante et savoureuse, sa chocomanie le conduit à explorer le gâteau au chocolat qui sommeille au fond de chacun de nous. « Demandez à la cantonade une bonne recette de gâteau au chocolat, vous serez alors surpris du nombre de personnes qui revendiquent le meilleur gâteau au chocolat du monde ! » nous précise Anthime dans sa goûteuse préface.
Un livre plus que charmant ou les recettes fleurent l’anniversaire (Celui de Coline, simple et sublime), l’amitié (Cœurs coulant de Fabien) et l’amour du goût (LE meilleur à mon avis, nous suggère Anthime : celui de Maman Guérard).
Un idéal cadeau de Noël pour petits et grands : 6,50 euros.

25 novembre 2008

Connaissez-vous Yen ?




"L'apparence du monde est toujours un mystère. Au fond, je ne m'intéresse qu'à l'ici-bas" Charles Matton.


Déjeuner aujourd'hui chez Yen, rue Saint-Benoit dans le 6ème arrondissement de Paris.

Décor de boite et de bois, non sans évoquer le travail de Matton .
Un déjeuner de soba (fabriquées sous vos yeux par Katsuki Sakurai, le chef et directeur de Yen) voir le film.

Délicieuses soba qui slurpent dans nos bouches et nous nourrissent tout en finesse et subtilité. A l'exemple de ces : soba chaude à la girole et au navet long - 15 euros ou des Ten Seiro (soba froide et assaisonnée de wasabi, sauce soja et cives) - 19.50 euros. Le cérémonial consiste à tremper et déguster les soba dans cette sauce puis en allonger le reste avec l'eau de cuisson des soba et boire le tout comme une soupe. Zen.


YEN

22 rue Saint-Benoit 75006 Paris
Tel : + 33 (0)1 45 44 11 18

video

Pour la beauté du geste... Katsuki Sakurai à la baguette

20 novembre 2008

Connaissez-vous Jacques Genin (choco)pâtissier ?












L'eau à la bouche pour ces quelques pâtisseries choisies de Jacques Genin le plus f(r)ondeur des chocolatiers


Jacques Genin - Pâtisserie, Salon de thé

133, rue de Turenne 75003 Paris

Connaissez-vous le Fondeur en chocolat Jacques Genin ?

J-10 avant l’ouverture de la boutique de Jacques Genin, fondeur en chocolat.

Jacques Genin le plus f(r)ondeur des chocolatiers nous ouvre son univers gourmand. A voir en exclusivité : la boutique en cours d’aménagement et même un bout du labo ! Chut…



Avis aux gourmand, ouverture le 1er décembre 2008. (à suivre)



Jacques Genin - Fondeur en chocolat
133, rue de Turenne 75003 Paris




video video

18 novembre 2008

Connaissez-vous mon sushi ce Hiro ?







Hiro sushi c’est désormais 3 adresses à Hong Kong. Ma préférée : celle menée de mains de Maître par Masashi Suzuki au 7 ème étage de la Toy House sise sur Canton road dans le quartier de Tsimshatsui.

Le bar comptoir se transforme en podium d'algues variées et délicieuses ou défilent les plus beaux poissons de saison. L’on débute par les sashimi (Yelow tail, thon gras, thon gras ventrèche à peine tiède, maquereau, sorte de hareng très long – sublime, crevette, oursin, ormeau…) puis les sushi (incroyable texture de ce thon gras et foie de lotte cru). L’on en termine avec une soupe miso au vernis, comme pour témoigner que nous le sommes…


Sushi Hiro


7/F The Toy House
100 Canton road, Tsimshatsui, Kowloon Hong kong
Tel + 852 2377 9877

10/F Henry house
42 Yun Ping rd Causeway Bay HK
Tel : + 852 2882 8752

9/F Henry house
42 Yun Ping rd Causeway Bay HK
Tel : + 852 2805 7848

12 novembre 2008

Connaissez-vous Pierre, le restaurant de Pierre Gagnaire à Hong Kong ?

Bernard Antony cheeses, surrounding Hong Kong at Pierre restaurant


Located on the 25th floor of Mandarin Oriental, Hong Kong, Pierre is the creation of Chef Pierre Gagnaire (three Michelin stars for his restaurants in Paris, London and Tokyo) and also recently opened Seoul (Corea) and Courchevel (France). Overseen in Hong Kong by the talented team of Executive Chef Philippe Orrico the restaurant creates food best described as “poetry on a plate”. Pierre offers the finest French cuisine presented with unconventional flair.
I enjoyed the starter “La France” who play with French food habit, as snails, camember, or farm eggs. The Bresse chicken in 2 styles: first course the breast, just perfectly cooked and then the legs chopped in a wok in Chinese style with lettuce, just great !
On the top, the Head Sommelier Pierre Legrandois make a good job on French and worldwide wines.
The prices on evening are expansive but affordable, about 2000 HKG $ (200 €). A good news, there is a lunch offer (3 courses) for only 300 HKG (30 €).



Pierre π
25/F Mandarin Oriental
5 Connaught road, Central, Hong Kong
Phone : + 852 2825 4001
E : mohkg-pierre@mogh.com

07 novembre 2008

Connaissez-vous le Baratin ?


Après plusieurs mois d’involontaire abstinence, hier soir, sous la fine bruine qui sied aux pavés du Paris haut perché, retour au Baratin dans le vingtième, Depuis la rue Jouye-Rouve, la vitrine scintille comme la flammèche d’une bougie de gâteau d’anniversaire, promesse de joie et de célébrations de nos gourmandises.
La cuisine de Raquel Carena m’enchante… Son rapport presque obsessionnel aux produits, sa magistrale cuisson des légumes d’Annie Bertin, le confit populaire de ses viandes (agneau, volaille, queue ou joue de bœuf), l’expression nette et fraîche de ses bouillons et les poissons… les poissons : barbu, lotte, rouget, lieu jaune… tous au pinacle.
Oui ! C’est la fête aux gourmands au Baratin. La salle bruisse au rythme des langues qui claquent, des papilles qui frémissent. Pinuche (Philippe Pinoteau) veille au boire et ses trouvailles franchissent désormais les frontières, à l’exemple de ce sublime liquoreux Grec, issu de cépages pré-phylloxérique : doux, frais et subtilement aromatique.
Que dire encore, sinon que les prix sont sages, très sages. Eux n’ont pas été victimes de la conversion directe par remplacement de la lettre F par le symbole €...
Le Baratin
3, rue Jouye-Rouve 75020 PARIS Tél : +33 (0)1 43 49 39 70
m° Pyrénées / Belleville

Connaissez-vous deliciouspaper ?


Hier en fin d’après-midi, rencontre à la librairie les Cahier de Colette avec Deliciouspaper. Une revue culturelle gratuite distribuée mensuellement sur Paris. « Elle se définit comme un collecteur rémunérateur et redistributeur gratuit de minuscules essais écrits par de (très) talentueuses personnes. Chaque opus de deliciouspaper contient une dizaine de courts et brillants textes présentant - dans un style irréprochable - des thématiques éclectiques. » à noter : Ingrid Astier - Le macaron, l’histoire d’une sédition ; François Chaslin - Jean Nouvel Pritzker, un destin Français globalement ; Emmanuel Pierrat - La propriété intellectuelle vs. Le droit à la culture; Hubert Nyssen - Au commencement était le verbe.


Deliciouspaper 1, rue de Capri 75 012 Paris fax : 01 75 43 03 41

Charles-Henri Arnould tel : + 33 (0)6 21 80 49 69 charleshenri@deliciouspaper.com

Denis Bourmault tel : + 33 (0)6 75 19 37 38 denis@deliciouspaper.com

06 novembre 2008

Connaissez-vous l’unagi de Nodaïwa ?

unagi

miso comme le miroir de l'âme

Unagi ? Vous avez-dit Unagi
Comme un chat au fil de l’anguille, me voilà salivant à la saveur particulière de ces unagi (anguilles) aux tons de cerisiers d’automne. Le restaurant Nodaïwa offre la réponse à ce réflexe pavlovien.
Cette petite échoppe discrète, toute de bois clair vêtue, abrite les Japonais de passage par Paris comme ceux venus en voisins. L’artiste Irina Volkonskii m’a initié à cette adresse confidentielle.
Le menu Unaju - Kiku (anguille grillée avec sauce, dans une boîte laquée avec du riz -34 €) accompagné d’un thé Sencha (2 €) a de quoi satisfaire nos appétits pour ce gourmand et sirupeux poisson.


Nodaïwa
272, rue Saint-Honoré75001 Paris Tél : + 33 (0)1 42 86 03 42

29 octobre 2008

Connaissez-vous la crise ?


Profitons de l’effondrement de ces quelques cabanes en bois ouest-américaines et de leur effet papillon, sur l’économie mondiale, pour redéfinir notre attitude de consommateur.
Refusons une bonne fois pour toute le cynisme obscène des hypermarchés et autres marchands de produits moins chers…

Choisissons nos fournisseurs parmi les hommes de goûts qui partagent une même passion pour les produits et leurs métiers. Ceux qui commercent équitable, veillent en permanence à nous offrir le meilleur au meilleur prix, travaillant pour cela, le plus souvent possible, en direct avec les producteurs.

A l’exemple de Dominique Maury, de la Poissonnerie Océanique qui régale Paris de poissons sauvages fraichement péchés à des prix très raisonables.
Christophe Dru, élève de Michel Brunon (son voisin et formidable boucher du marché d’Aligre) travaille à l'ancienne. Pour lui peu importe la race des bêtes, ce qui fait sens c'est l'élevage et la conformation de l'animal. Sélection faite, il mâture les viandes sur carcasse cinq semaines au moins et les prix sont... provinciaux.
Voir aussi l'esprit slow food et Terra Madre

Poissonnerie Océanique / Dominique Maury
19, rue Mouton-Duvernet, 75014 Paris
Tél : + 33 (0)1 45 39 47 76

Boucherie des Provinces / Christophe Dru
20, rue d’Aligre, 75012 Paris
Tél : + 33 (0)1 43 43 91 64

28 octobre 2008

Connaissez-vous Thierry Breton ?


Ce Thierry Breton n’enseigne pas à Harvard, mais professe, 10 rue de Belzunce à Paris, un régal de cuisine. Cette adresse loge un bistrot à l’allure normande, Chez Michel. À la seule évocation de ce nom, l’eau me vient à la bouche.
Cet infatigable travailleur au service de nos palais, bâtit des cathédrales gourmandes faites de lièvres, de grouses, de perdrix, de pigeons, de foie gras, de champignons des bois, de truffes, de pain au levain, de beurre Bordier, de pâtés en croûtes, de terrines, de homards, de langoustines, de poissons plats, d’angéliques, de Paris-Brest… Il cuisine comme un Maître de la renaissance, les produits en palette et le clair-obscur de la salle pour toile.

Parce que sa cuisine emprunte au passé ce qui fait sens, elle nous installe confortablement et chaleureusement dans sa propre modernité.


Chez Michel
10, Rue de Belzunce
75010 Paris
Tél : + 33 (0)1 44 53 06 20
A noter, la plupart de ses produits, pains, beurre, terrines, pâtés, merveilleuses girolles au vinaigre... sont à la vente à emporter.

24 octobre 2008

Connaissez-vous L’Ecailler du bistrot ?


Hier soir, envie de rouler jusqu'à la mer et de manger des huîtres. Les meilleures, des grosses, des petites, des Utah Beach, des plates, des papillons, des toutes fraîchement puisées à l’iode et à la vive saumure.
Direction L’Ecailler du Bistrot, rue Paul Bert, dans le 12 ème arrondissement de Paris. Et la mer ? Chut… c’est ici, sur la grève du numéro 22, qu’elle dépose quotidiennement ses joyaux iodés.
Gwenaëlle Cadoret, vive comme le vent d’Ouest et fille de Riec-sur-Belon fait venir huîtres et coquillages de chez son papa.
Un régal de fraîcheur et de bonheur avec ces Utah Beach numéro 3, grosses plates et papillons. De délicates araignées et crevettes grises, le tout pour une addition très correcte.

Hier soir, l’envie de rouler jusqu'à la mer… ou comment juxtaposer exactement, l’idée que l’on peut se faire d’un plateau de fruits de mer et sa dégustation.

En bonus une longue et goûteuse conversation avec l’excellent Bertrand Auboyneau (le Patron du bistrot d’à côté : Le Paul Bert) et mari de Gwenaëlle.


L'Ecailler du bistrot

22, rue Paul-Bert 75011 Paris

Tél : + 33 (0)1 43 72 76 77

23 octobre 2008

Connaissez-vous Olivier Baussan ?





Pour son engagement éthique au côté du bon goût, Olivier Baussan, incarne à mes yeux, l’homme essentiel à son époque et j’ai bien de la chance d’être l’un de ses contemporains.


Olivier Baussan, visionnaire, maître es concept (L’Occitane en Provence, Olivier & Co) ouvre à Paris un magasin entièrement dédié aux huiles d’olive de Provence. La maison-mère, il l’a conçue à Volx en Haute-Provence. Un écomusée dédié à la culture vivante de l’Olivier.

Au 3 rue Antoine Vollon, l’enseigne est sobre et contemporaine : PREMIERE PRESSION PROVENCE.
Un produit – Un pays – Un contenant…
23 producteurs, 23 couleurs et l’offre est la plus simple qui soit.
Un seul produit : l’huile d’olive vierge extra. (Il y a bien quelques produits invités, mais ils sont au rayon des accessoires.)
Une seule région : la Provence.
Un seul contenant : le bidon en inox pour protéger les vierges-extra précieuses.
Un seul format : le quart de litre, pour pouvoir tout goûter, panacher, papillonner et se préparer des petits coffrets en carton recyclé.

… et trois fruités
Fruité vert. Fruité mûr. Fruité noir. Pour classer ses huiles d’olive, Première Pression Provence reprend trois catégories traditionnelles qui désignent des familles de goûts issues directement des choix des producteurs. Récolte précoce pour des notes herbacées ou tardive pour le côté fruit rouge, pression des fruits dans les 24 heures pour exprimer le goût du fruit sur l’arbre ou maturation quelques jours au grenier pour retrouver le goût d’autrefois…

LE FRUITE VERT : quand les olives sont récoltées très tôt et pressées très vite, dans les 24h… Ca donne ce petit côté artichaut, herbacé. Une jolie amertume, souvent et une pointe de poivre.

LE FRUITE MÛR : quand les olives sont récoltées bien mûres et bien noires et pressées aussitôt. Ce sont souvent des jolis arômes de fruits rouges, un peu de tilleul, une note beurrée parfois.

LE FRUITE NOIR : quand les olives sont stockées quelques jours au moulin avant d’être pressées. C’est ce qu’on appelle le goût d’autrefois : des huiles d’olive douces, avec des notes de champignons, de fruits secs et même de cacao.

Avant d’ouvrir le magasin, Olivier Baussan a posé une question : et pour l’environnement, qu’est-ce qu’on fait ? Pour trouver la réponse, il a dressé la liste de ses évidences avec l’envie modeste d’une enseigne à l’empreinte écologique limitée, d’un magasin raisonné, en somme.

Alors, de part et d’autre de la porte d’entrée, Première Pression Provence affiche ses intentions :

> Economiser l’énergie de tous les moyens possibles
> Favoriser les producteurs locaux
> Choisir des emballages recyclés ou recyclables
> Réduire la pollution en transportant les produits en péniche ou par train
> Préserver les arbres en choisissant du bois de forêts gérées durablement


www.premiere-pression-provence.com
1ère boutique à Paris : 3 rue Antoine Vollon – 75012 – 01 53 33 03 59
p.p.p@orange.fr


ECOMUSEE : L’Olivier, le Don de la Méditerranée
Les fours à chaux - Ancienne route de Forcalquier - 04130 VOLX
Tel : 04 92 72 66 91 / E-mail : ecomusee-olivier@orange.fr

Ouvert tous les jours de février à décembre de 10h à 18h.
Entrée adultes : 4 euros - Tarif étudiants : 2 euros - Gratuit pour les moins de 16 ans.
Exposition accessible aux non-voyants et aux personnes à mobilité réduite.

18 octobre 2008

Connaissez-vous la Praluline® ?






Comme un souffle rose porté par les feuilles rubicondes de l’automne, la Praluline® est arrivée hier à Paris. Plus précisément au 35 de la rue Rambuteau.

Délicieuse et pansue brioche gorgée de pralines, la Praluline®, crée par Auguste Pralus en 1955 est sans conteste la vedette de la Maison Pralus. Cette brioche aux pralines haut de gamme, souvent imitée mais jamais égalée, est confectionnée à base d’amandes et noisettes choisies chez les meilleurs producteurs. Celles-ci sont d’abord grillées puis enrobées de sucre et enfin concassées avant de se lover en douceur au cœur d’une pâte moelleuse.Les afficionados de la Praluline ne s’embarrassent pas de convenances : dorée à souhait, ils la fendent à la main.
Sublime !
A découvrir les infernales barres chocolatées, fourrées de noisettes et de praliné, et les crus de chocolats : Colombie, Djakarta, Madagascar...
A lire, l'excellent livre de Laurence Cailler et François Pralus : Vanille et Cacao, l'or noir de Madagascar aux éditions Agnès Vienot, avec les textes d'Ingrid Astier et les photos d'Hervé Nègre et de Thierry Béguin.


François Pralus, Maître chocolatier
35 rue Rambuteau 75004 Paris
Tél : + 33 (0)1 48 04 05 05 Métro : Rambuteau

Connaissez-vous Le Gaigne ?







Le restaurant Le Gaigne, se situe à quelques mètres de la désormais gourmande rue Rambuteau. L’on y trouve au 35, la première boutique parisienne du Maître chocolatier François Pralus, au 30, l’excellente Poissonnerie Lacroix, au 23/25, la formidable librairie les Cahiers de Colette et au 14, la pâtisserie, Pain de sucre de Didier Mathray et Nathalie Robert.

Quittons la rue Rambuteau pour pénétrer la rue Pecquay et le bonheur gastronomique s’offre à nos papilles. Le Gaigne, ce minuscule écrin mauve et soyeux veille au confort des gourmands. De son travail chez Pierre Gagnaire puis au Gaya, Mickaël Gaignon à conservé la simplicité des énoncés : Le Topinanbour, Les Betteraves, Les Langoustines, le Cabillaud, le Veau Français… et la rigueur des accords et des cuissons. Le voluptueux Topinabour en velouté, châtaignes et noix au jus (13 €), l’audacieuse, vive et vivante, Barbue, pochée à la sarriette, poêlée de girolles et choucroute (25 €) ou le Catalan et vibrant Cabillaud rôti au beurre de choriso, pomme de terre écrasées (24 €).
En dessert, les fruits exotiques en brunoise parfait glacé aux fruits de la passion, velouté noix de coco (7 €) sauront combler les becs sucrés.
En revanche rien à boire, la carte des vins fâche... Cette cuisine mérite le fruit et des vins de vignerons !
En semaine, menu le midi à 16 ou 22 €. A la carte, compter une petite cinquantaine d'euros pour un grand repas.

Le Gaigne restaurant
12 rue Pecquay 75004 Paris
Tél : + 33 (0)1 44 59 86 72 Métro : Rambuteau
http://www.restaurantlegaigne.fr/

Fermé le dimanche midi et le mardi

12 octobre 2008

Connaissez-vous Hissa Takeuchi de Kaiseki sushi ?


A quelques jets d’étoiles de la tour Eiffel, Kaiseki Sushi.
Hissa Takeuchi, chef japonais, cuisine « live » dans un espace agencé comme un laboratoire. Son inspiration Kaiseki le conduit à une cuisine personnelle et poétique ou son talent exprime le meilleur des produits. Le menu Mythologique 75 euros m’a encore enthousiasmé ce vendredi soir. On regrette presque son origine japonaise qui conduit inévitablement à le cataloguer de «meilleur sushi de la capitale » NON ! Hissa est tout simplement l’un des tout meilleur CHEF de la capitale.

Réserver. Compter 80 euros par personne, pour le menu Mythologique avec du thé vert. Carte de vins bio. Menu Omakasé à 130 euros.

7 bis, rue André Lefebvre / 75015 Paris. Métro : Balard ou Javel. Tel +33 (0)1 45 54 48 60



A lire son prochain livre SUSHI BAR chez Minerva.
Dédicace au Drugstore Publicis le 16 Octobre
à partir de 22h

- Alicia Drake, Beautiful people, Denoël.

- David Foenkinos, Nos Séparations, Gallimard.

- Philippe Forest, Araki enfin, Gallimard.

- Bernard Latour, Un milliard et des poussières, Hachette Littérature.

- Jean Pierre Lavoignat et Christophe d’Yvoire, Mesrine, Sonatine.

- Hisayuki Takeushi, Sushi Bar, Minerva.

- Aude Walker, Saloon, Denoël.

02 octobre 2008

Connaissez-vous François Pralus ?


Une belle tarte aux framboises de la maison Pralus à Roanne.
Bientôt à Paris aussi ?



Paris honoré d’une Praluline dès le 15 Octobre


Praluline ?… Oui, cette unique brioche à la praline rose de la Maison Pralus !


Un cœur à prendre.

Poursuivre par l’invitation au voyage des chocolats de François Pralus… Djakarta, Cuba, Trinidad, Équateur, Colombie…

à partir du 15 Octobre
35, rue Rambuteau, 75004 Paris